Et pourquoi ces informations de nouvelles publications ne viendraient-elles pas jusqu'à nous, plutôt que l'inverse ? C'est précisément ce que nous proposent les flux RSS.

Quelques explications sur le fonctionnement

L'explication simple

Rapidement, le principe est le suivant : le site web publiant un contenu publie également des informations non visibles en lisant ce contenu. Le lecteur dispose d'un logiciel sur son ordinateur, appelé agrégateur, qui, périodiquement (par exemple toutes les 30 minutes) va interroger le site web pour collecter ces informations. Si quelque chose de nouveau apparaît, l'utilisateur en est informé par un moyen simple, comme un compteur sur une icône par exemple :

Compteur Akregator Exemple de compteur (logiciel Akregator).

Le lecteur a juste donc à consulter ce compteur, et sait immédiatement si du nouveau contenu à été publié, et sur quel site web aller voir.

L'explication (un peu plus) complexe

RSS est l'acronyme de Really Simple Syndication, "syndication très simple". La syndication permet de suivre l'évolution de contenus sur des sites web.

Symbole de la syndication, reperez-le sur les sites web que vous visitez !)

Sur un site web dynamique (ou dit "2.0"), comme le présent blog, l'affichage (la page que vous lisez, avec les menus, la décorations et l'ATR en haut) est géré séparément du contenu (le texte, les images incluses dans les billets, etc...). Outre l'avantage pour l'auteur de ne pas à avoir à se soucier de l'affichage de la page web lors de la rédaction d'un article, cette séparation permet également de produire plusieurs apparences différentes pour un même contenu.

La syndication de contenu utilise ce procédé pour générer un rendu du contenu très simple (auteur, titre, et adresse web de l'article) ; ce rendu est accessible par le protocole web (http), car disposant d'une adresse qui lui est propre.
Par exemple, voici l'adresse de syndication pour suivre les nouveaux articles publiés sur le site http://www.lemonde.fr/ : http://www.lemonde.fr/rss/sequence/0,2-3208,1-0,0.xml . On reconnaît là le protocole utilisé (http), ainsi que le domaine cible (lemonde.fr). Un simple navigateur Internet est tout à fait capable d'aller sur cette adresse.

Notons que RSS n'est pas la seule méthode de syndication de contenu (on citera notament Atom), mais elle est bien répandue et supportée par de nombreux logiciels.

Un exemple de contenu de fichier conçu pour RSS, téléchargé depuis le site kubuntu.org :

<?xml version="1.0" encoding="utf-8" ?><rss version="2.0" xml:base="http://www.kubuntu.org/news" xmlns:dc="http://purl.org/dc/elements/1.1/">
 <channel>
   <title>News and Announcements </title>
   <link>http://www.kubuntu.org/news</link>
   <description></description>
   <language>en</language>
         <item>
   <title>Plasma and KDE Applications 4.8 Released</title>
   <link>http://www.kubuntu.org/news/kde-sc-4.8.0</link>
   <description>&lt;p&gt;Keen KDE Software users can find Plasma and KDE Applications 4.8 updates in the backport PPA for 11.10 and compiling now in the main archive for our development release.&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;Bugs in the packaging should be reported to &lt;a href=&quot;https://bugs.launchpad.net/kubuntu-ppa&quot;&gt;kubuntu-ppa on Launnchpad&lt;/a&gt;.  Bugs in the software to &lt;a href=& quot;http://bugs.kde.org&quot;&gt;KDE&lt;/a&gt;.&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;To update, use the &lt;a href=&quot;https://help.ubuntu.com/community/Repositories/Kubuntu&quot;&gt;Software Repository Guide&lt;/a&gt; to add the following repository to your software sources   list:&lt;/p&gt;
</description>
    <category domain="http://www.kubuntu.org/news/by-tag/kde">KDE</category>
 <pubDate>Wed, 25 Jan 2012 18:37:34 +0000</pubDate>
 <dc:creator>admin</dc:creator>
 <guid isPermaLink="false">227 at http://www.kubuntu.org</guid>
 </item>
 </channel>
</rss>

Sans même connaître le langage xml, on reconnaît bien la partie de déclaration (RSS v2, xml v1.0... ) de description de ce flux RSS (titre, langue et lien...), ainsi qu'ensuite un premier article (balise <item>) annonçant la sortie de KDE 4.8 (" Plasma and KDE Applications 4.8 Released "), suivi du lien vers l'article.

Et en pratique, on fait comment ?

Ce n'est pas très compliqué, et, amis lecteurs qui découvrez la syndication, vous pouvez vous entraîner à le faire avec ce blog.

Choix de l'agrégateur

C'est le logiciel qui va consulter les flux RSS et vous informer si du contenu a été mis en ligne.

Cette page Wikipedia liste quelques-un de ces agrégateurs.

On peut remarquer dans cette liste de logiciels la présence de navigateurs Internet modernes : Firefox, Google Chrome... Ceux-ci embarquent effectivement des lecteurs de flux RSS intégrés, sous des noms différents ("Marques-pages dynamiques" pour Firefox par exemple).

En tant que logiciel à part entière, je vous conseille le programme RSSOwl, car il est libre de droit et multiplatefome (Windows, Linux, et tarte aux pommes).

Application pratique

L'exemple retenu montre RSSOwl, mais le principe est déclinable pour beaucoup d'autres logiciels.
RRSOwl se télécharge à cette adresse. Une fois démarré, on peut y ajouter une adresse de flux rss à suivre, ou même l'adresse d'un site ; le logiciel trouvera automatiquement les flux rss proposés par ce site. Essayons avec http://blog.caravelle.aero/ :
RSSOwl_1
Cliquez sur l'image pour l'agrandir

RRSOwl doit trouver 2 flux de nouvelles, un à la norme RSS, l'autre à la norme Atom, ainsi que le flux des commentaires. Choisissez ceux que vous voulez suivre et terminez la démarche. Vous devez vous retrouver avec les flux sélectionnés dans votre fenêtre principale !
RSSOwl_2


Conclusion

L'utilisation des flux RSS ou plus généralement de la syndication permet donc de suivre facilement ( = automatique) et rapidement ( = sur une seule fenêtre) un ensemble d'actualités provenant de sites différents.

Notons que la mode est à l'utilisation d'agrégateurs en ligne, service proposé par exemple par Google (Google Reader) ou Netvibes. Nécessitant la création d'un compte, ces solutions présentent l'avantage de pouvoir accéder à ses flux de syndications depuis n'importe quel ordinateur.

J'espère que tout ceci vous aura été utile, je vous remercie de votre lecture, et à bientôt pour de nouvelles minutes très intéressantes avec le Dr Eti !